2019 — Texte de Clara Muller

pour l’exposition Brasero par Double Séjour, commissariat de Thomas Havet, assisté de David Pons

brasero

laura rives

fr

en

J’imagine parfois que mon sang flambe. Comme une lave épaisse et palpitante. Mes passions et mes colères ardent d’une même flamme. Je brûle de désir. Je brûle d’envie. Je brûle de dire. Je brûle de rage. Je brûle, je brûle. Que de fièvres incendiaires ! Le feu en moi gronde, fauve dans sa cage d’os et de chair. De ses griffes il me lacère. Alors je le laisse jaillir comme une insurrection, pour infléchir le monde, redessiner les images ou métamorphoser la matière.

 

On dit que les artistes créent avec leur sang.

En réalité les artistes créent avec leur feu.

 

Rassemblés autour de ce brasero qu’est l’exposition, ils brûlent d’un même désir d’exprimé cette pyrotechnie intérieure dont l’art est l’exutoire. Ils brûlent comme des soleils, jalonnent la nuit comme des cierges, crépitent comme des feux d’artifices. Leurs œuvres expriment les lueurs vives de leurs incendies : tortueuses comme le feu—réel ou métaphorique—qui les façonna ; légères comme un éclaboussement de paillettes brasillantes ; pleines de désirs, de fureurs, de ces révoltes qui embrasent les âmes comme les rues. Les voilà même parfois menaçantes, prêtes à s’embraser, ou à faire éclater leur délicate matérialité. Comme pour imprimer, soudain, leur marque sur l’univers.

 

Ici, sous la voûte froide, le feu de nos entrailles est béni.

 

fr